Pénurie de soignants, déserts médicaux… quelles solutions ?

La 2ème journée de la Rencontre des entrepreneurs de France, (ex Université d’été du MEDEF) a débuté par une intervention soulignant les carences en personnel soignant qui, comme on le sait, est loin d’être une spécialité franco-française.

 

Il manquerait en effet 12 millions de soignants dans le monde. Quid des solutions, quid des remèdes ?

 

La France connaissant une pénurie de vocations sur le métier d’aide-soignant, il y a tout lieu de s’inquiéter pour demain d’autant que les IFAS ne font plus le plein et que le nombre d’admis au concours chute dangereusement (-25%). 

 

Rien qu’aux urgences hospitalières, il faudrait près de 10.000 aide-soignants, infirmiers, brancardiers pour remettre les effectifs à niveau. Dans les services, la charge de travail s’intensifie, le personnel est à bout et une partie des urgentistes est toujours en grève.

 

Dans les EHPAD, la situation ne fait qu’empirer. Du fait du sous-effectif quasi chronique, les personnels sont physiquement et psychologiquement marqués. Même problème au Pays-Bas où plus de 25% du personnel des maisons de retraite se dit insatisfait des soins prodigués. En cause, le manque de personnel, le manque de temps pour faire correctement son travail et le manque de formation adaptée aux pathologies du grand âge. Outre les facteurs de risque liés au métier d’aide-soignant (troubles musculo-squelettiques notamment), on constate une hausse inexorable des cas de burn-out et même de suicide. Un mal qui frappe aussi les médecins qui se disent assez souvent isolés face aux risques psychosociaux. Même problème au Canada où les risques juridiques et la détention d’armes à feu sont présentés comme facteurs aggravants.

 

Chez nous, la problématique du manque de médecins généralistes et spécialistes est régulièrement évoquée dans la presse. La difficulté des études, le climat de tension à l’hôpital et dans les cabinets, les agressions physiques et verbales, la course à l’acte, sont de nature à décourager les vocations. Du fait des départs en retraite, le nombre de généralistes a d’ailleurs commencé à baisser et la désertification médicale s’étend et pas seulement aux territoires les plus reculés.

En savoir plus

Renouer avec la tradition ancestrale : Adélaïde Martinez, opticienne-lunetière indépendante

Ouvrir un commerce autre qu’alimentaire dans un village rural n’est pas chose commune. Il faut d’abord étudier soigneusement le marché, se familiariser avec les aides fiscales et sociales à l’installation en zones de revitalisation rurale (ZRR), dont on peut éventuellement bénéficier, et convaincre les banques pour obtenir un prêt. Et la partie n’est jamais gagnée d’avance…

 

Pour Adélaïde Martinez, 32 ans, opticienne-lunetière, cette installation au coeur d’un village rural de l’Yonne est l’aboutissement d’un long parcours entamé à Morez dans le Haut-Jura, une douzaine d’années plus tôt.

 

Si Adélaïde a choisi la plus ancienne école d’optique à Morez, ce n’est pas le fruit du hasard… 

 

S’étant dûment renseignée, elle sait que la tradition lunetière française a vu le jour dans le Haut-Jura du côté de Champagnole, Morbier, Saint Claude, Saint-Laurent et de Morez, capitale et berceau de la lunetterie française. Morez a su préserver la tradition et ses plus anciennes entreprises comme Gouverneur Audigier (1878), Morel (1880), les fils d’Aimé Lamy/Fidela (1820), ou encore, Vuillet Vega. C’est là aussi que se trouve l’une des plus anciennes écoles d’optique-lunetterie, l’une des plus réputées aussi… 

 

« Le Lycée Victor Bérard de Morez est une des rares écoles publiques où l’on vous apprend à être opticien et pas seulement à obtenir votre diplôme. C’est une école à l’ancienne avec des profs passionnés… » explique Adélaïde.

En savoir plus

Réussir sa reconversion (2). Thomas Pasturel : du trading au fournil

Résultat de recherche d'images pour "thomas pasturel"Après treize années dans les chiffres, Thomas Pasturel n’en pouvait plus. Comme il l’écrit sur la page de sa campagne de financement participatif « mon cerveau dans sa boîte crânienne ressemblait à un hamster dans sa roue, il tournait sans avancer… »

 

« J’ai eu mon premier ordinateur à l’âge de dix ans, je passais souvent mes nuits dessus. J’ai vite appris à développer des logiciels… » raconte Thomas Pasturel.

 

C’est assez naturellement qu’il optera plus tard pour une licence Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion d’Entreprise (MIAGE) à l’Université Paris Dauphine.

 

« Je n’étais pas issu du même milieu que certains de mes camarades étudiants, mon grand père est ouvrier et mes parents sont des gens modestes. Mes intérêts étaient ailleurs, mais c’est là pourtant que j’ai commencé à m’intéresser à la la finance et aux questions de psychologie du trading et de la prise de décision » raconte-t-il.

 

Plus enclin à se lancer dans le grand bain qu’à pousser ses études plus loin, Thomas décroche rapidement un job dans un fonds d’investissement algorithmique. Il y restera trois ans.

 

« Je suis avant tout guidé par les rencontres. Aller chercher des opportunités, c’est ce qui me plait et je n’ai jamais eu à le regretter… » 

 

Désireux de tenter une aventure entrepreneuriale, notre trader décide tout plaquer, direction le Canada, en accord avec sa compagne Diane, architecte de profession, qui souhaitait y vivre depuis l’adolescence…

 

En savoir plus

Réussir sa reconversion (1) : d’avocate à naturopathe, le grand virage de Cécile Pétureau

Résultat de recherche d'images pour "cecile petureau"C’est un fait, et on nous le martèle assez, les salariés d’aujourd’hui auront plusieurs vies professionnelles. Ces changements seront, soit choisis, soit subis. Dans les deux cas, il faudra gérer au mieux ces périodes de transition pour réduire l’incertitude et éviter les déconvenues.

 

Parfois, les événements de la vie s’accélèrent et la situation vécue en entreprise peut nécessiter de se projeter sans attendre vers une nouvelle vie, sans pour autant avoir un plan B.

 

Or, l’urgence ne fait pas bon ménage avec les impératifs d’une transition professionnelle sereine, laquelle implique réflexion, questionnement, maturation… 

 

Mais, pour Cécile Pétureau, 30 ans, ex avocate reconvertie au métier de naturopathe, quitter la robe était devenu une évidence.

 

Lorsqu’on évoque aujourd’hui la profession d’avocat, c’est plus souvent pour souligner l’hémorragie sans précédent qui touche la profession, les conflits sur les honoraires de rétrocession dus au collaborateur libéral, sans compter les affaires de harcèlement moral relatés dans la presse. Or pour Cécile, rien de cela…

 

 » J’ai quitté mon cabinet en droit des affaires en 2015, en très bon terme avec mes associés. On m’a même dit que les portes me restaient ouvertes si je voulais revenir. Je n’étais pas dans la pire situation qui soit, mais j’étais submergée par mon stress et cela me pourrissait la vie… »

 

  En savoir plus

Le puzzle difficile des OPCO

Les onze opérateurs de compétences (OCPO), chargés d’accompagner la formation professionnelle viennent tout juste d’être agréés (onze arrêtés publiés au J.O du 31 mars 2019).

 

A première vue, il ne va pas être si facile de s’y retrouver et, comme souvent en pareil cas, les choix ne feront pas l’unanimité. 

 

Ainsi, les OPCO ESSFIMO, Cohésion sociale, Entreprises de proximité ressemblent plus à une auberge espagnole, comparés à l’OPCO Construction. L’AFDAS élargit quant à lui son périmètre, plutôt cohérent.

 

Les choix défient parfois la logique, un péché de cohérence qui vient sans doute du calendrier serré imposé et de la difficulté des branches professionnelles à s’accorder rapidement. 

 

On peut quand même s’interroger sur le fait que l’OCPO Entreprises de proximité accueille la profession de taxi que l’on aurait plutôt imaginé à l’OPCO Mobilité et que la pharmacie d’officine, les laboratoires d’analyses médicales, ainsi que les cabinets médicaux et dentaires ne soient pas intégrés à l’OPCO Santé. De même, que les entreprises d’architecture se retrouvent à l’OPCO Entreprises de proximité plutôt qu’à l’OPCO Construction interroge. Mais c’était, parait-il, le souhait de Union Nationale des Syndicats Français d’Architectes (UNSFA). A ce titre, il n’est pas surprenant que certains OPCO, à peine constitués, soient déjà mis à mal. C’est le cas notamment de l’OPCO Santé. Il faut s’attendre à quelques réajustements à l’usage, dans les prochains mois sans doute…

 

En tout cas, voici les onze opérateurs agrées au 1er avril 2019 et leurs périmètres principaux : 

En savoir plus

Entreprendre en franchise dans l’immobilier : Est-ce le bon moment ?

Le secteur de la franchise couvre près de 80 filières d’activité. Les services à la personne (221 enseignes), la restauration rapide (218), l’alimentaire (195), la coiffure, esthétique, beauté (166) figurent parmi les secteurs les plus en vogue.

 

La France est leader en Europe avec près de 2.000 réseaux (620.000 emplois directs et indirects), soit trois fois plus qu’au début des années 2000 et de nouveaux concepts apparaissent chaque année. 

 

Il y a ceux qui lancent les concepts et parient sur leur duplicabilité rapide et ceux qui, prêts à essuyer les plâtres, intègrent ces réseaux récents persuadés de leur potentiel. Une prise de risque car un concept novateur a moins de lisibilité sur l’avenir. 

 

Quoi qu’il en soit, s’engager dans un réseau récent ou mature est toujours un pari, surtout quand le secteur en question est en plein bouleversement. C’est le cas de l’immobilier (59 réseaux/3683 franchisés), un secteur impacté par la révolution numérique.

 

On distingue aujourd’hui trois types d’acteurs qui se mènent une guerre ouverte : 

En savoir plus

Les auto-écoles traditionnelles face à la concurrence des plateformes en ligne. Quels risques pour les moniteurs d’auto-école ?

Après les taxis, c’est au tour des auto-écoles de subir la réforme des professions réglementées.

 

A l’initiative de l’intersyndicale de la profession, les professionnels ont lancé hier une opération escargot d’envergure sur le périphérique parisien pour protester contre un projet de réforme qui prévoit de remplacer l’agrément départemental des auto-écoles par un agrément national, lequel favoriserait in fine les plates-formes en ligne, souvent accusées de mettre en péril la formation et la sécurité routière.

 

Ce n’est pas la première fois que les auto-écoles manifestent contre l’ubérisation rampante de leur profession et, plus précisément, contre la dématérialisation des inscriptions au permis de conduire et contre ces trublions qui cassent les prix. Mais la profession n’a guère les moyens de s’opposer, manquant de soutien dans l’opinion publique. 

 

Que s’est-il passé ?

Depuis 2015, la réforme Macron du permis de conduire a ouvert la voie à de nouveaux acteurs qui proposent une formation au permis de conduire en partie dématérialisée (site en ligne, application mobile).

 

Comme prévu, ces derniers n’ont pas tardé à casser les prix avec des tarifs deux moins élevés que les auto-écoles traditionnelles (750 € pour le forfait code + 20 heures de conduite contre 1.700€ en moyenne dans les auto-écoles traditionnelles)

 

Pour autant, le business model de ces nouveaux opérateurs n’est pas gagné d’avance, comme le montre la liquidation judiciaire récente de Permis Go 2 (100% en ligne). Outre l’obtention de l’agrément préfectoral, tout le monde est soumis au respect de la réglementation en vigueur. Sur ce point, les auto-écoles traditionnelles multiplient les actions en justice pour prévenir les dérives et protéger leurs intérêts.

En savoir plus

Formation professionnelle. Alors, année noire en vue ou non ?

Les professionnels redoutent une année noire avec une pause sur la demande de formation et de bilan de compétences du côté des salariés. Certaines structures affrontent déjà les premiers frimas…

 

Le fameux « big bang » de la formation professionnelle, ce n’est pas seulement une simplification du système, c’est aussi un objectif de rationalisation et d’économie.

 

En effet, le basculement du Congé Individuel de Formation (CIF) vers le Compte Personnel de Formation de transition professionnelle, présenté comme plus universel, ne devrait pas favoriser les formations longues et/ ou coûteuses.

 

Dans le nouveau système, le salarié devra d’abord capitaliser avant de mobiliser ses droits au CPF pour financer son projet, qu’il s’agisse d’une formation qualifiante ou d’un bilan de compétences.

 

Pour l’heure, c’est le plafonnement de l’heure à 15 euros qui est source d’inquiétude quand on sait que certains OPCA pouvaient parfois assurer la prise en charge jusqu’à 50 euros de l’heure. Le plafond lui-même de 5.000 euros du CPF apparait pour le moins insuffisant pour accéder à certaines formations. Et même si la possibilité d’abondements à la marge a été évoquée, on reste dans le vague.

  En savoir plus

Les artisans du bâtiment à l’épreuve de la crise du recrutement

Depuis 2008, près de 200.000 emplois ont été perdus dans le secteur du bâtiment et nombre de petites entreprises artisanales ont du mettre la clé sous la porte. Celles qui ont surmonté la crise sont sorties du tunnel exsangues et fragilisées moralement. Depuis fin 2017, les entreprises du bâtiment ont recommencé à embaucher, non sans mal. En réalité, la forte reprise de l’activité a surpris tout le monde, à commencer par les centres de formation d’apprentis (CFA). On parle de crise des vocations, de pénurie de main d’oeuvre… En tout cas, le sujet est pris très au sérieux par la Fédération Française du Bâtiment et Pôle emploi qui viennent de lancer l’opération 15.000 bâtisseurs sur l’ensemble du territoire.

 

Ce manque de main d’oeuvre disponible s’explique aisément. Durant la crise, de nombreux ouvriers et techniciens confirmés ont pris leur retraite sans être systématiquement remplacés, et pour cause… Dans le même temps, la baisse des effectifs en apprentissage s’est accélérée, frôlant les 35%, faute de mesures volontaristes pour rendre cette voie plus attractive. Or, les initiatives pour revaloriser la voie de l’apprentissage auprès des jeunes ont connu un retard à l’allumage et on a cédé à la résignation en laissant s’installer un désamour des métiers manuels et techniques. Même si les effectifs ont remonté cette année, les écoles sont loin d’avoir refait le plein de stagiaires. 

 

Outre que les jeunes qui ont répondu à l’appel sont encore en phase d’apprentissage, on sait, que sur les chantiers, on a surtout besoin d’ouvriers qualifiés et de cadres expérimentés. C’est pourquoi, les artisans se battent aux portes des CFA pour tenter de récupérer les meilleurs éléments. 

En savoir plus

Small business. Recettes et vertus du Made in France

Image associéeStartuppers du textile, Instapreneurs en bijouterie, pure players de la lunetterie, ils sont de plus en plus nombreux à lancer leur propre marque sous le label Made in France.

 

Pour le consommateur, ce label représente avant tout l’atelier niché au coeur des territoires, les savoir-faire ancestraux, la préservation de l’emploi dans nos campagnes rurales.

 

En fait, le Made in France, c’est d’abord un marquage de l’origine apposée sur un produit. Un avantage commercial, notamment pour le développement à l’étranger, mais qui n’est pas sans incidence pour celui qui s’en prévaut. Pour commencer, il y a des règles douanières et il est préférable de s’y tenir. Indiquer une origine trompeuse sur un produit commercialisé est une infraction qui peut coûter cher.

 

Pour autant, selon la définition donnée, c’est le lieu de la dernière transformation substantielle qui détermine l’origine, ou encore la notion de 45% de la valeur ajoutée réalisée sur notre sol. Pour certains, cette définition ne va pas assez loin, et c’est pourquoi, on a vu fleurir de nouveaux labels (Origine France Garantie, France Terre Textile, Produit en Bretagne, Entreprise du patrimoine vivant…), l’un n’empêchant pas l’autre, il est vrai.

 

Il est vrai aussi qu’avec un bon concept, tout peut aller très vite aujourd’hui à l’ère du digital. Mais une bonne idée peut vite être copiée. Alors, si le concept est aussi bon que le produit, autant mettre le pied sur l’accélérateur. Pour se faire connaître, de jeunes pousses n’hésitent plus à mettre la main à la poche pour s’offrir une vitrine à MIF Expo, le plus grand salon dédié à la promotion des produits en France. C’est un moyen d’asseoir une notoriété au delà de la boutique en ligne. C’est aussi un moment privilégié pour partager quelques minutes avec ses clients, défendre les valeurs de sa boite, expliquer et encore expliquer…

En savoir plus