Mer / Construction et réparation navale • Industrie et refit nautique • Déconstruction

Agenceur bord • Agent de maintenance nautique • Agent polyvalent de construction • Architecte naval • Charpentier de marine • Charpentier fer • Charpentier métallique • Charpentier tôlier • Chaudronnier • Chef d'équipe en tuyauterie navale • Dessinateur projeteur en construction navale • Diéseliste • Drapeur • Ébéniste de bord • Électricien de bord • Gelcoater • Gréeur mateloteur • Ingénieur de bureau d'études • Ingénieur en architecture navale • Ingénieur instrumentation • Ingénieur propulsion et systèmes fluides • Ingénieur structures • Injecteur matériaux composites • Intégrateur projeteur • Mateloteur • Menuisier • Mécanicien hors bord, in board • Mécanicien marine • Mécatronicien naval • Menuisier agenceur de bord • Menuisier en construction nautique • Mouliste • Opérateur matériaux composites • Opérateur composites haute performance • Opérateur de moulage • Ouvrier voilier • Réparateur gel coat • Responsable de conception équipements mécaniques de propulsion • Technicien bureau d'études navales • Technicien d'atelier composites • Technicien essais mécaniques • Technicien expert soudage • Tuyauteur • Sellier nautique • Shaper • Skipper • Soudeur MIG MAG, TIG, INOX, ALU • Stratifieur • Stratifieur mouliste • Technicien bureau d'études • Technicien méthodes industrialisation • Vaigreur • Vendeur en magasin d'accastillage • Voilier

  OPTIMISER LA RECHERCHE  

Les vents favorables soufflent actuellement, tant sur la filière nautique que navale. Même si l’activité reste soumise aux flux et reflux, la tendance est très favorable en ce moment. Chez Bénéteau, on recrute une centaine d’opérateurs pour faire face à la croissance. Chez Janneau, à Cholet et aux Herbiers on recrute aussi des opérateurs, techniciens et ingénieurs. Les centres de formation spécialisés de Loire-Atlantique sont sollicités. Du côté de Bordeaux, chez CNB (toujours le groupe Bénéteau), on recrute également (finisseurs composite, opérateurs…). Idem chez Foutaine Pajot qui recherche pour ses sites de la Rochelle et d’Aigrefeuille-d’Aunis des opérateurs matériaux composites, des menuisiers et des agents polyvalents de construction. L’idéal est de pouvoir faire le déplacement et décrocher une invitation ou acheter un billet à tarif réduit pour rencontrer directement les recruteurs sur les espaces emploi de salons professionnels comme le Grand Pavois de la Rochelle. Dans le naval, on recrute en mécanique, chaudronnerie, usinage et charpente navale sur acier. Tous les regards sont désormais tournés vers Naval Group qui vient de signer le contrat du siècle avec le gouvernement australien. Un contrat qui devrait aboutir à la création de près d’un millier de postes d’ici à 2021. La difficulté est d’attirer les bons profils techniques vers le naval. L’intérim de proximité peine à trouver du personnel qualifié, et même non qualifié, comme à Saint-Nazaire ou Cherbourg. Il ne faut pas oublier que, sur les grands chantiers, les savoirs se transmettent encore par le geste, de l’ouvrier qualifié vers le nouvel ouvrier récemment embauché. On pourra utilement candidater directement sur les chantiers spécialisés dans le nautisme ou la construction navale, sous réserve de posséder les qualifications ad hoc. Naval Group recrute en ce moment (100 postes pour l’usine de Cherbourg/près de 300 postes cette année) via l’agence d’emploi Inpole. L’entreprise recrute par tradition des militaires en reconversion. A défaut, il faut forcer la chance car certaines entreprises sont prêtes à former leurs futurs collaborateurs. Si les salons sont l’occasion d’approcher les professionnels, il faut le faire à bon escient et trouver l’accroche, à commencer par le Salon Euronaval et son Navire des Métiersun nouvel espace dédié à l’emploi et aux formations du secteur. Les chaudronniers, soudeurs, opérateurs composites (fibre de verre/résines polyester, stratification au contact, infusion sous vide), stratifieurs-drapeurs, tuyauteurs, charpentiers métalliques, menuisiers agenceurs de bord, dessinateurs-projeteurs trouveront à s’employer rapidement. Près de 2.000 postes sont à pourvoir. Se former est impératif. Les écoles ne sont jamais très loin des chantiers. Outre Naval Group qui vient de lancer son propre campus de formation en conception navale, on peut se tourner vers l’AFPA, les Greta et les CFA qui proposent des formations gratuites et rémunérées. Une école comme l’INB propose d’ailleurs pas mal d’offres d’emploi sur son site. Il faut savoir saisir les opportunités qui se présentent, car la période est favorable. Ainsi, les mordus de voile peuvent se former au métier d’ouvrier-voilier aux Ateliers de l’Enfer qui visiblement manquent de bras.


   Forums d'emploi
   Banques d'emploi
   InPole
   Intérim de proximité
 
 

 

Entreprises et recrutement

 

  • Recrutements Naval Group 

https://www.naval-group.com/fr/talents

  • Recrutements Groupe Bénéteau : près de 70 postes (Saint Gilles-croix-de-Vie, la Roche-sur-Yon, Les Herbiers, les Sables-d’Olonnes etc…- 

https://www.beneteau-group.com/emplois

  • Formation industrie Bretagne propose un BTS Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle (12 places disponibles en alternance).

https://www.formation-industrie.bzh/bts-conception-et-realisation-en-chaudronnerie-industrielle

  • Fountaine Pajot recrute  (Aigrefeuille d’Aunis et La Rochelle 17) des opérateurs matériaux composites, menuisier, accastilleur, gel coateur, vaigreur, agent polyvalent de construction

https://www.fountaine-pajot.com/entreprise/rejoignez-les-equipes-fountaine-pajot-2

  • Recrutements Chantiers de l’Atlantique : 80 techniciens, 30 cadres et ingénieurs

http://recrutement.chantiers-atlantique.com


 

Salons pros et forums d’emploi

 

  • Semaine de l’emploi maritime 

Prochaine édition  : 17 événements dans plusieurs villes.  mars 2020

http://www.semaine-emploi-maritime.fr

  • Rencontres virtuelles de l’emploi du secteur Naval

en attente

http://www.salonvirtuel-emploi.fr

  • Résultat de recherche d'images pour "salon pro & mer 2019"Salon Pro & Mer (salon emploi et formation)

Prochaine édition : mars 2020. Lorient

http://salonproetmer.org

  • Arcachon salon nautique

Prochaine édition : du 17 au 19 avril 2020

http://www.arcachon-salon-nautique.com

  • Navexpo

Prochaine édition : les 1, 2 & 3 avril 2020. Lorient

http://www.navexpo.com

  • Assises économie de la mer

Prochaine édition : les 3 & 4 décembre 2019. Montpellier

http://www.economiedelamer.com

  • Salon Euromaritime

Prochaine édition : du 4 au 6 février 2020. Marseille Parc Chanot

http://www.euromaritime.fr/fr

  • Euronaval

Prochaine édition : du 23 au 26 octobre 2019. Paris Le Bourget

https://www.euronaval.fr

  • Nautic 2019

Prochaine édition : du 7 au 15 décembre 2019. Paris. Porte de Versailles

http://www.salonnautiqueparis.com

  • Salon Nautique International à flot  (passeport 3 salons, Grand Pavois La Rochelle, Yachting Festival Cannes, Nautic Paris)

Prochaines éditions : du 10 au 15 septembre 2019 à Cannes, puis du 18 au 23 septembre 2019 à La Rochelle, puis du 7 au 15 décembre 2019 Paris
http://www.grand-pavois.com

  • Les Nauticales

Prochaine édition : mars 2020. La Ciotat

http://www.salon-lesnauticales.com

  • Global industrie (composites)

Prochaine édition : du 31 mars au 3 avril 2020. Paris  Eurexpo Lyon
http://www.global-industrie.com


 

Banques d’emploi

 

 Nautisme, plaisance

https://www.fin.fr/app/annonce
http://www.nauticjob.com
http://www.nautiques.fr

http://www.institut-nautique.com

http://www.bretagne-info-nautisme.fr

http://www.nautisme-info.com

https://www.emploibateau.com

http://www.lesateliersdelenfer.fr/Emplois/Stages/Voilerie-/30.html (voilerie-sellerie)

Construction navale,

https://www.energierecrute.com (ingénieurs et techniciens)

https://www.lindustrie-recrute.fr

http://www.clicandsea.fr

https://www.regionsjob.com

http://www.pole-emploi.fr

En région 

https://www.lavendeerecrute.fr


 

Les Bassins d'emploi

 

La filière nautique en Pays-de-la-Loire (336 entreprises) reste 1ère en France, grâce notamment au poids lourd Bénéteau, un gros employeur en terre vendéenne. La région Bretagne est 2ème acteur de la filière nautique et 1ère sur la plaisance. Elle se caractérise par un tissu plus fourni de PME, TPE innovantes et réactives (1.100 entreprises dans le nautisme). Avec ses 491 entreprises et 3189 emplois (5.200 si l’on intègre la filière navale), le Morbihan est le premier département nautique de France. Autour de Vannes, Lorient (dans l’ancienne base de sous-marins), la Trinité-sur-mer, de nombreuses PME, TPE oeuvrent à la fabrication de coques (en composite, fibre de verre, fibre de carbone), de gréements, d’accastillage, de voiles et d’équipements d’électronique embarquée pour la filière nautique et notamment pour la course au large (monocoques, multicoques). Une filière qui fait vivre également nombre d’architectes, bureaux d’études et logisticiens à proximité…Et il n’y a pas que le Morbihan…Le Conseil général du Finistère est l’un des plus ardents à soutenir cette filière d’excellence. En Poitou-Charentes, autour de La Rochelle, des sociétés se sont spécialisées dans la fabrication et la réparation de voiles et dans le refit de mégayachts (Compositeworks, également présent à La Ciotat). A l’écart du plateau nautique de La Rochelle qui regroupe une trentaine d’entreprises de charpente navale, d’accastillage, de réparation mécanique, de peinture marine, d’architecture marine et des bureaux d’études, on trouve des petits chantiers comme celui de Frank Roy à MarsillyDes PME, TPE qui innovent, exportent et se positionnent pour l’avenir. Des projets se sont aussi montés en région Nouvelle Aquitaine, du côté de la Grande-Motte, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Gujan-Mestras. La région Occitanie accueille également de gros chantiers comme Outremer à la Grande-Motte ou encore Catana Group à Canet-en-Roussillon. Dans cette région, l’industrie nautique emploie 2.600 salariés. En région PACA, ce sont plutôt les activités de maintenance (réparation des yachts) de refit et de négoce qui dominent. Dans le département des Bouches-du-Rhône, les plus beaux bateaux du monde sont à La Ciotat qui fait figure de petit salon nautique permanent. Un quasi miracle pour un chantier consacré jadis au naval et qui avait fermé en 1988. La construction nautique est en revanche quasi inexistante dans la région. L’autre miracle, c’est la relocalisation à Ayguesvives (Haute-Garonne 31) d’une partie de la production chinoise de Zodiac Nautic. Proche du naufrage l’année dernière, l’entreprise devrait recruter cette année, faiblement certes, mais on s’en contentera. Enfin, Marseille accueille l’historique chantier de réparation navale et aujourd’hui de reconversion. A ce titre, la filière reconversion/déconstruction devrait permettre de créer de l’emploi spécialisé, notamment chez Naval Group Cherbourg (ex DCNS) qui a été choisi pour déconstruire les sous-marins nucléaires lanceurs d’engin de première génération, un long chantier (10 ans) qui vient de débuter. Enfin, Naval Group annonce le recrutement d’un millier de personnes d’ici à trois ans, de l’ouvrier à l’ingénieur (sites de Brest, Cherbourg, Lorient, Toulon…). A Saint-Nazaire où l’on construit de gros navires, un pacte pour l’emploi local vient d’être signé avec le Ministère du travail qui devrait permettre aux locaux de profiter des emplois créées sur le bassin. L’objectif est de réduire de recours au travail détaché en formant et en adaptant la main-d’œuvre locale aux besoins des industriels. A tout cela s’ajoutent les recrutements des PME qui interviennent en sous-traitance pour le naval et la pêche (chaudronnerie inoxydable, aluminium, peinture etc…). 

Principaux sites de la filière nautique : Bordeaux, Gujan-Mestras, Arcachon, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Poiré-sur-Vie, Dompierre-sur-Yon, Les Herbiers, Cholet, Saint-Hilaire-de-Riez, Aigrefeuille d’Aunis, La Rochelle, Quimper, Vannes, Lorient (capitale de la « sailing valley »), Granville, Caen, Hyères, Toulon, La Seyne-sur-Mer, La Ciotat, Cannes, Port Vauban d’Antibes (les 5 dernières étant plus orientées sur la réparation-maintenance et le refit de yachts et navires de grande plaisance). 

Principaux sites de la filière navale : St-Nazaire, Lorient, Concarneau, Pôle de réparation navale de la Ciotat, Toulon (DCNS), Chantier naval de Marseille (réparation et reconversion)

Principaux sites de la filière glisse : Hossegor, Biarritz, St-Jean-de-Luz

Principaux sites de la filière course au large : Lorient, Port-la-Forêt

Groupements d’entreprises en région*

F2N  (filière nautique normande)

http://www.f2n.fr

– Cluster maritime français

http://www.cluster-maritime.fr

– Norlanda (filière nautique caennaise)

http://www.norlanda.com

Eurolarge (innovation nautique de course au large)

http://www.eurolarge.fr

– Pole mer Bretagne  (bourse d’emplois)

http://www.pole-mer-bretagne.com

– Sailing Valley

http://www.sailingvalley.com

– Pôle Refit (refit de yachts et de superyachts la Rochelle)

http://polerefit.com

– Cluster Mega Yacht Refit (Bordeaux)

– Pole mer méditerranée   (bourse d’emplois)
http://www.polemermediterranee.com

– Le Havre Port
http://www.havre-port.fr/fr

– Bretagne Pole naval   (espace emploi)

http://www.bretagnepolenaval.org

Néopolia marine (St-Nazaire)

http://www.marine.neopolia.fr

– Ocean 21 (Filière navale)

http://oceans21.fr

Cluster maritime de Martinique

http://clustermaritime-mq.com

– Norlanda  (pépinière du nautique de Caen)

http://www.norlanda.com

– Eurosima (cluster des sports de glisse Hossegor, Aquitaine)

http://www.eurosima.com

– Riviera Yachting Network (regroupe 90 entreprises de PACA et Corse )

http://riviera-yachting-network.fr

– Pôle EMC2 (composites à Nantes)

http://www.pole-emc2.fr

* avec des offres d’emploi pour certains d’entre-eux


 

Agences d’emploi

 

  • Inpole (Bretagne)

http://inpole.fr

  • Inter Pôle naval

http://inter-pole.fr

  • Pôle emploi Marine Lorient

http://www.pole-emploi.fr/annuaire/lorient-marine-56081

  • Diveintar Marine La Ciotat

http://www.diveintar-marine.com

  • Axe emploi (Nantes)

http://www.axemploi.fr


 

Forums & Blogs

 


 

Réseaux sociaux et clubs

 


 

Parcours...

 

Formations types : BEP Traceur de coques, CAP Charpente navale, CAP et Bac pro Chaudronnerie industrielle + CCP soudure industrielle pour la construction navale ou nautique, CAP Plasturgie ou Composites et ouvrages chaudronnés, CAP composites, plastiques chaudronnés, CAP Menuisier agenceur, CAP soudure (certification IWS), CAP réparation plaisance, Bac pro Plasturgie, Maintenance nautique, Maintenance industrielle, BEP menuisier en construction nautique + CQP menuisier agencement nautisme, CQP Sellerie nautique, CQP ouvrier voilier, BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle (BTS CRCI), BTS Construction navale, BTS Dessinateur en construction navale, traceur, BTS maintenance des systèmes électronavals, Licence pro métiers de l’industrie et de la construction navale, maintenance portuaire, DUT Génie mécanique, master architecture navale :

Quelques écoles : Lycée Pierre Guégin Concarneau (29) , Campus de l’Industrie Navale (CINAV) Guipavas 29, CFPA Pointe Rouge, Caen, Laval, Auray, CFA Campus de la Seyne-sur-mer,  AFPA Saint-NazaireGreta Loire-Atlantique Olonne-sur-mer (85), Institut des Ressources Industrielles Lyon, Lycée de la mer Gujan-Mestras 33, LP Tristan Corbière Morlaix (29), LP Rosa Luxemburg Canet-en-Roussillon (66), LP Emile Zola Hennebont (56), LP Jean Moulin Plouhinec (29), LP Vaillant Saint-Junien (87), LPR Chenevières Malézieux Paris, Voile impulsion Marseille, INB Concarneau, Port-la-Forêt, Villefranche-sur-mer (Maintenance nautique), Greta Bretagne Sud Lorient,  Ateliers de l’enfer Douarnenez (29), IUT de Lorient, CFAI Poitou-Charentes (soudage, tuyautage, chaudronnerie), AFPI Brest.

Formations d’ingénieur en architecture navale (architecture navale et offshore (ANO), hydrodynamique, designsp… ), type Architecture navale: ingénierie et design (ENSTA Brest), ingénieur calculs et modélisation (ISIMA Clermont-Ferrand)

Quelques écoles supérieures : Université Bretagne Sud (Lorient), IUT Saint-Nazaire, ENSTA ParisTech, ENSTA Bretagne, Ecole d’architecture de Nantes, École centrale de Marseille, École Centrale de Nantes, Ecole d’architecture navale de Southampton UK…)

Opportunités à saisir sur quelques spécialités : 

  • Formation de menuiserie en construction nautique et de stratifieur multiprocédés en matériaux composites (AFPA de Caen (14), MFR Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85), Réparateur en marine de plaisance (AFPA Marseille (13), Auray (56), Le Havre (76).
  • L’ISPA Alençon (61) propose des formations en composites.
  • La CCI de Perpignan propose un CQP de menuisier agencement nautisme (l’AFPA d’Auray (56) et Rochefort (17) également).
  • Formation d’opérateur composites hautes performances : AFPA d’Auray (56) 
  • Formation en charpente marine, voilerie et sellerie marine ouverte aux demandeurs d’emploi : Les ateliers de l’enfer Douarnenez (29). Charpente marine de bateaux traditionnels : Skol Ar Mor (Mesquer 44), un chantier-école en milieu fermé (8 élèves par promotion. Il est préférable d’avoir une formation de base au travail du bois. 
  • Des Bac Pro en maintenance nautisme en alternance sont proposés à Sète, Concarneau, Olonne-sur-Mer, la Rochelle, LP l’Estaque Marseille…

A noter que le GREF Bretagne relaie les initiatives des entreprises en ce qui concerne les formations mises en place sur la région.

Ecoles d’entreprises : Multiplast (Vannes 56) propose une formation courte débouchant sur le CQP Plasturgie, mention Matériaux Composites. Naval Group qui a déjà son école (Naval Group University) lance un campus dédié aux métiers de la conception navale. Parmi les formations proposées, figure celle de technicien intégrateur-projecteur (maquette 3D pour les sous-marins)  (à bac+2 en contrat de professionnalisation, avec le CINAV de Cherbourg pour la partie formation. A noter l’ouverture prochaine de l’Ecole des chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire (automne 2019) qui proposera des formations qualifiantes aux métiers de charpentier métaux, soudeur et tuyauteur.


 

Actualité éco

 

Construction nautique, Plaisance, fabricants de matériel de sports nautiques 

L’industrie nautique française, second constructeur mondial et premier constructeur européen de bateaux de plaisance, est essentiellement portée par la demande étrangère, Etats-Unis en tête, les trois quart de sa production partant à l’export. Plombé en 2008, le secteur a le vent en poupe depuis six ans, ce qui lui a permis de renouer, lentement mais sûrement, avec la croissance. Même si l’année 2018 s’affiche moins bien flamboyante que 2017 (qui avait vu une hausse de 9%), les professionnels peuvent au moins se réjouir au motif que l’industrie nautique a retrouvé son meilleur niveau d’avant crise. La clientèle chinoise s’ouvre à la plaisance et c’est déjà une bonne chose pour notre industrie. La filière a ses fleurons industriels comme Beneteau/Jeanneau, Dufour et compte environ 5.000 entreprises employant au total près de 43.000 salariés. Le groupe Beneteau recrutait encore lors du dernier Grand Pavois de la Rochelle et les recrutements sont loin d’être terminés (500 recrutements à réaliser après les 600 postes en CDI créés l’année dernière). Fountaine Pajotnuméro deux européen de la plaisancerecrute aussi à La Rochelle pour faire face au développement de ses activités à l’international. Cette entreprise, spécialisée dans les catamarans à voile et à moteur, qui a finalisé l’année dernière son rapprochement avec Dufour Yachts emploie déjà 500 salariés. Elle devrait bientôt en compter 600 grâce au succès de son catamaran à voile Lucia 40. Foutaine Pajot vient en outre d’annoncer la création d’un nouveau site numérique industriel. De son côté, le chantier Couach est sorti du rouge grâce à des prises de commandes fermes, de sous-traitance notamment, et se rassure jusqu’en 2020. Cette reprise doit être mise à profit pour repenser le modèle économique. Si la France est en pointe sur la voile de compétition, elle accuse un gros retard sur la construction de grands yachts de luxe (de 23 à 75 mètres), un segment sur lequel les italiens règnent en maître. Et derrière Couach, on ne voit rien venir, sauf  du côté de Marseille, où Monaco Marine envisage d’ouvrir le plus gros chantier du monde pour la maintenance et le refit des mega yachts, mais pas de construction. La réforme de la taxation des yachts aura donc moins d’impact sur la filière, sauf pour les entreprises de réparation et de refit. En attendant, les professionnels continuent de miser sur l’excellence et l’innovation (accastillage, dérives foil, voile, winch, instruments de navigation, équipements de loisirs nautiques…). Le marché des dérives foil (ces appendices placés sous la coque qui permettent de déjauger) commence à décoller. Il n’y a pas que les professionnels de la course au large, le marché vise aussi la planche à voile, le kitesurf, la plaisance motorisée. La course au large est en plein essor et un éco-système se développe sur l’axe Lorient-Vannes. A une encablure de la Cité de la voile Eric Tabarly, dans l’ancienne base sous-marine de Keroman, des PME et TPE s’activent à la construction des Formules 1 des mers. Un peu plus loin à Concarneau, c’est Ino-Rope qui profite de l’engouement. C’est le moment de surfer la vague et de tirer parti du développement de la pratique de la glisse chez les jeunes générations (compétition, loisirs).

Outre la course au large qui fascine le grand public, ce sont des événements comme le RipCurlPro qui suscitent l’engouement chez les jeunes. Des villes comme Biarritz, Hossegor, Vannes, Lorient, La Rochelle ont commencé à profiter des retombées économiques, mais les fabricants doivent sans cesse s’adapter car les modes sont éphémères. La planche à voile a perdu beaucoup d’adeptes au profit du stand-up paddle, du surf et surtout du kite-surf. Au côté du leader Bicsport, des TPE innovantes comme Elva Sport ou Notox ne demandent qu’à prospérer quand d’autres rêvent de lancer leur propre marque en pariant sur des produits éco-responsables, comme les résines époxy bio-sourcées, biocomposites (projet Glazboard)

A noter qu’une filière de déconstruction des bateaux de plaisance en fin de vie doit se mettre en place cette année, financée par une éco-contribution prélevée lors de la vente des bateaux neufs. L’entrée en vigueur de cette taxe, initialement prévue pour être applicable au 1er janvier 2017, avait été repoussée d’un an, à la grande satisfaction de la filière nautique. De son côté, la filière surf est déjà à l’oeuvre qui a monté un projet de recyclage des planches de surf en bout de course (projet Resurf).

Construction et réparation navale et armateurs
Si, au niveau mondial, la construction navale n’est pas au mieux, l’activité des chantiers français est en revanche soutenue. Nos chantiers recrutent mais avec beaucoup de difficultés, notamment dans les métiers de production (soudeur, chaudronnier…). Pourtant, la construction navale est un des rares secteurs industriels où l’emploi est en augmentation. C’est le cas chez Piriou, chez Naval Group (ex DCNS), chez Socarenam et chez CMN notamment. C’est pourquoi, le Campus des industries navales (CINAV) de Brest et son réseau de partenaires (AFPA, Greta, IUT, écoles d’ingénieur) se fixent pour objectif de former un millier de jeunes chaque année (du CAP à ingénieur) pour combler ce retard. Une filière essentielle à notre économie puisque fortement exportatrice. En global, elle représente près de 42.000 emplois. Les Chantiers de l’Atlantique (ex STX) St-Nazaire enchainent les grosses commandes, de quoi assurer l’avenir jusqu’en 2026 (11 paquebots à construire). Les Chantiers de l’Atlantique ont prévu de nouveaux recrutements (150 postes en CDI). Confrontée à une forte pénurie de main-d’oeuvre, l’entreprise a décidé de créer sa propre école baptisée « Ecole Chantiers de l’Atlantique » qui devrait ouvrir dès l’automne prochain avec des formations en charpente métallique, soudure et tuyautage. Saint-Nazaire vit d’ailleurs un vrai renouveau économique, profitant à la fois de la bonne santé du naval et des projets EMR. De son côté, Socarenam voit son chiffre d’affaires grimper de 270%. S’agissant du méga contrat australien (qui vient d’être signé officiellement) remporté par Naval Group, on est entré dans la phase de conception. Les bureaux d’études de Cherbourg et de Brest planchent déjà. Ce contrat qui prévoit un transfert de technologie souveraine vers l’Australie en 2021 sera tout de même bénéfique à l’économie du Cotentin. Les sous-traitants du naval vont aussi en profiter. Du coup, le projet de co-entreprise dans le domaine du militaire de surface avec l’italien Fincantieri pourrait être renvoyé aux calendes grecques. Ce projet « stratégique » n’a d’ailleurs pas les faveurs du gouvernement. De son côté, Couach se développe au moyen-orient, Emirats Arabes-Unis notamment (construction d’intercepteurs-patrouilleurs). Les tensions au Yémen bloquent pour l’heure les livraisons de patrouilleurs. Leur autre positionnement sur les grands yachts est aussi un pari risqué. Se diversifier n’est pas sans risque. Les chantiers profitent aussi des commandes des croisiéristes. La concurrence est rude en Europe et les alliances se dessinent. Fincantieri, qui dispute les gros marchés à l’allemand Meyer Werftcherche à renforcer ses positions en s’alliant à Naval Group. Tout cela est somme toute bénéfique à l’emploi dans nos régions, Pays-de-la-Loire en premier…

On compte toutefois sur un coup de pouce au secteur pour relancer l’innovation et la modernisation et sur le Comité Stratégique de Filière (CSF) des industriels de la mer pour fédérer les énergies et booster plus encore le développement de la filière. C’est d’autant plus important qu’il s’agit d’une industrie à haute valeur ajoutée. Malgré sa bonne tenue en France, la filière est soumis aux variations cycliques et elle reste exposée à la concurrence planétaire. De ce point vue, l’emploi de travailleurs détachés provenant des pays d’Europe centrale est une question qui revient régulièrement dans l’actualité. Les chantiers peinant à trouver de la main-d’oeuvre hautement qualifiée sur le local, il est plus facile de faire venir des professionnels de Pologne ou de Lituanie. Ces derniers irriguent malgré tout l’économie locale, au delà des sous-traitants en métallurgie. A noter que le numérique et la robotisation s’accélèrent dans ce secteur où les gains de productivité sont indispensables pour rester dans la course (robots de carénage, de découpe, de soudage). L’interopérabilité de Revit, un logiciel BIM utilisé dans le BTP, permet aujourd’hui de modéliser certains équipements des bateaux, engendrant un gain de temps pour les bureaux d’études. Bref, un secteur qui s’inscrit clairement dans l’usine 4.0.

En attendant, les entreprises s’emploient pour faire tomber les clichés sur les métiers de la construction navale et attirer les talents. On multiplie les visites de chantier, on multiplie des conférences. Tout ce qui est bon en matière de communication comme le Navire des métiers doit servir la cause. Pour l’heure, Naval Group qui recrute sur 400 métiers, qui vont du soudeur à l’ingénieur spécialisé en l’Intelligence Artificielle ou cybersécurité, alerte sur le risque de pénurie de talents. En global, on manque toujours de chaudronniers, d’ouvriers soudeurs qualifiés, de charpentiers métaux et de mécaniciens. On peut aussi débuter en bas de l’échelle et entrer sans qualification. Inutile de préciser que sur sur chantiers du métallique de grande hauteur, le risque d’accident est toujours présent, mais de gros efforts ont été faits en matière de sécurité, sur les machines de découpe notamment. 


 

Chiffres clés

 

  • Nautisme : 5.468 entreprises et 41.556 salariés environ. 470 ports et installations de plaisance en mer
  • Filière navale : 480 établissements, environ 42.000 emplois 

 

Paroles de Pros

 

Yann Penfornis. Directeur général associé de Multiplast (56 Vannes)

« Nous avons été les premiers à nous installer à la Pointe des immigrés sur le parc du Golfe à une époque où les bateaux de compétition étaient réalisés en bois moulé ou en aluminium. 35 ans plus tard, nous sommes toujours là et nous construisons des bateaux de plus en plus grands et de plus en plus rapides. Notre créneau, c’est la mise en oeuvre de matériaux composites et nous avons des difficultés à recruter sur le local. C’est pourquoi, en 2013, nous avons pris le taureau par les cornes et monté notre propre centre de formation composites. Multiplast se diversifie et s’agrandit. Nous attaquons la fabrication d’un 4ème Hall. D’ici à deux ans, nous devrions passer à 150 salariés. Les embauches vont donc se poursuivre. Si le métier est physique, il est aussi varié et non répétitif. De plus, nous bénéficions d’un environnement agréable, avec la mer à proximité, des locaux high-tech, un restaurant d’entreprise, de bonnes conditions de travail. Pour nos collaborateurs, il y a en prime la fierté de participer à des réalisations prestigieuses. Pour nous, le profil idéal, c’est un jeune de 28 ans avec deux à trois ans d’expérience dans le composite. Nous recherchons avant tout des gens manuels qui ont un fort esprit d’équipe. De ce point de vue, un menuisier de formation a toute sa chance, notamment parce qu’il sait lire un plan. Nous continuerons de former nos futurs ouvriers et techniciens pour nos ateliers, car ces profils sont difficiles à trouver. On commence bientôt un bateau Coupe de l’América… » (avis aux amateurs !)

Article complet sur le blog

NB : Multiplast et Décision S.A seront présents au prochain salon du Bourget du 17 au 23 juin 2019  


 

Structures représentatives

 

  • Fédération Française des Industries Nautiques – FFIN

Port de Javel Haut 75015 Paris
https://www.fin.fr

  • Groupement des Industries de Construction et Activités Navales – GICAN

60, rue de Monceau 75008 Paris
http://www.gican.asso.fr 


 

Annuaires d’entreprises

 

  • Annuaire de la FIM 

http://www.france-nautic.com

  • Annuaire des armateurs de France

http://www.armateursdefrance.org/annuaire

  • Annuaire du nautisme (Le Figaro)

http://nautisme.lefigaro.fr/annuaire-nautisme/tous-les-professionnels-de-la-mer.php

  • Annuaire du nautisme Allboats

http://www.leguidedunautisme.com 


 

Entreprises à la une

 

Quelques entreprises du nautique et du navalMultiplast, CDK Technologie, JFA chantier naval, Naval Group (ex DCNS), CMA CGM, Construction Navale BordeauxDamenshiprepair, UFAST, CNB, Dufour, H2XFountaine Pajot, Rhéa marine, Couach, JeanneauAmel, PiriouTofinouHDS Design, CNB Pro, , OceaCNM, IDB marineChantier naval Trapani, Socarenam, PlastipêcheChantiers Hervé, DubourdieuChantiers MerréAtlantic Refit Center, Sibiril TechnologiesChantiers du GuipShipelec, Vauquiez, Nautitech, Nautipole MéditerranéeNavalu, Transmétal Industrie, Normandie Refit, ARC refit, Monaco MarineIMS Shipyard, CNDMEteliumNavtis, Marée HauteMacorCompositeworks, Epoh (dériveurs) .

Autres spécialités : Lorima (mâts), Incidence SailsAll PurposeNorth Sails France (voilerie-sellerie), Bicsport (planches, accessoires…), Zodiac Nautic (bateaux pneumatiques), Espace Vag (pêche, promenade), Plastimo (instruments de navigation et de mouillage, pont et accastillage), Advanced Aerodynamic Vessels, VPLP, Mer & Design (bureaux d’études en architecture navale), Plasmor (kayaks de mer), Navaleo (déconstruction navale)..


 

Incubateurs

 

  • Ma Manufacture (Bouguenais 44). en projet

 



Dernière mise à jour le 30 mai, 2019