Mécanique / Décolletage • Usinage • Mécanique de précision • Mécatronique

Affûteur • Ajusteur-monteur • Aléseur • Assembleur mécanique • Chef d'atelier • Contrôleur dimensionnel • Électro-érodeur • Décolleteur • Fraiseur • Fraiseur CN • Ingénieur capteurs • Ingénieur conception mécanique • Ingénieur de production mécanique • Ingénieur mécatronique • Ingénieur méthodes • Ingénieur process usinage • Ingénieur validation procédés • Intégrateur mécatronique • Mécanicien de maintenance • Metteur au point • Opérateur commandes numériques • Opérateur de presse • Opérateur de production industrielle • Opérateur en productique mécanique • Opérateur régleur • Opérateur sur machine à commande numérique • Opérateur électro • érosion Outilleur ajusteur • Outilleur emboutisseur • Ouvrier de montage en assemblage mécanique • Programmeur CFAO • Rectifieur • Régleur CN • Régleur sur presse • Responsable d'atelier • Responsable méthode industrialisation • Technicien d'usinage • Technicien méthodes • Tourneur

  OPTIMISER LA RECHERCHE  

On continue de recruter dans les bassins d’emploi. Une myriade de PME et de TPE qui communiquent a minima et qui souvent ne disposent pas d’un site carrières, voire même d’un site web tout court, permettant de connaître leurs besoins et leurs activités. On voit même fleurir sur les bords de route des panneaux signalant les besoins urgents de TPE, PME. Les agences d’intérim tirent la langue. On manque de tout et surtout d’usineurs, de tourneurs-fraiseurs, de techniciens de maintenance, d’outilleurs-moulistes, de chaudronniers-soudeurs, de régleurs en injection plastique, d’opérateurs-régleurs CN. La situation des usines s’est améliorée grâce aux commandes en hausse de aéronautique, de l’automobile et de la construction navale, mais pour savoir si elles recrutent, le mieux est de s’adresser directement à elles mais aussi aux agences d’intérim et de Pôle emploi locales. Au sortir d’un Bac Pro en alternance, éventuellement assorti d’une mention complémentaire, l’emploi est quasiment assuré, mais il l’est encore plus souvent au sortir d’un CAP de tourneur-fraiseur ou d’ajusteur. Quand un chef d’entreprise bordelais qui usine des pièces au micron pour l’aéronautique dit « chez nous les tourneurs-ajusteurs sont des divas ! » on comprend ce qu’il reste à faire…Ne pas hésiter à contacter des organismes comme l’AFPI (Centre Val-de-loire) ou l’AFPA de Besançon qui proposent des formations ouvertes aux demandeurs d’emploi. Si quantité d’offres d’emploi restent non pourvues dans l’industrie, c’est que les préjugés sur le travail en usine n’ont pas encore été vaincus. Si les jeunes reviennent vers les formations industrielles, c’est aussi que le)s efforts de communication commencent à payer (ex : #Opération Industrie sur la chaine You Tube), mais il y a encore du chemin à faire pour gagner en attractivité. Les plus volontaires s’intéresseront au forum emploi du salon virtuel Sepem industries.


   Banques d'emploi
   Agences d'emploi
   CV + lettre
   Pôle emploi
 
 

 

Entreprises et recrutement

 

  • Sofop Nexteam recrute opérateur CN, opérateur électro-érosion  (CDI ou CDD Olemps 12), ajusteur monteur (CDI Marmande 47) ++++autres

http://www.nexteam-group.com/offres-emploi

  • Gillis Aérospace recrute un technicien d’atelier – régleur H/F (CDI secteur Toulouse)

https://www.gillis-aero.com/poste/poste-de-technicien-datelier-regleur

  • Bronze Alu recrute un fraiseur sur commande numérique (CDI La Couture-Boussey 27)

https://bronze-alu.com/fr/carriere/#job

  • Trac-C Industrie recrute un chaudronnier, un technicien méthodes, ingénieur conception (Olmes 69)

http://www.tra-c.com/fr/recrutement.html

  • La RATP recrute un tourneur fraiseur H/F (CDI Paris 19ème)

https://www.ratp.fr/recrutement/offre/tourneur-fraiseur-hf

  • MécaPack recrute un fraiseur CN, un monteur régleur, un dessinateur projeteur mécanique

http://www.mecapack.fr/articles/mecapack-news/mecapack-recrute (Pouzauges 85)

  • Daher recrute un spécialiste outillage (CDI Montoir-de-Bretagne 44)

https://recrutement.daher.com/offre-de-emploi/emploi-specialiste-outillage-h-f_1167.aspx

  • Alpen’Tech recrute des opérateurs CN confirmés, régleurs, décolleteurs H/F (intérim longues missions Vougy 74)

http://www.alpen-tech.com/rh/offre-emploi

  • Le groupe Lépine (matériel médical) recrute un opérateur décolletage et un opérateur régleur CN (CDI Genay 69)

http://www.groupe-lepine.com/contact/recrutement.html

  • AMPH recrute des tourneur-fraiseurs (Les Herbiers 85)

http://www.amph.fr/atelier-mecanique-precision

  • AMU recrute un monteur, un metteur au point,techniciens d’usinage, technicien méthode (CDI Segré 49)

http://www.amu.fr

  • Baud industries recrute un responsable qualité, un technicien qualité, un décolleteur (CDI Sirod 39), un régleur sur presse (Scionzier 74) etc…

http://www.baud-industries.com/fr/offre

  • Urgent ! Méca Atlantique recrute 2 tourneurs et 2 fraiseurs niveau P3 (CDD ouvrant sur des CDI 44 Châteaubriant)

http://www.meca-atlantique.fr

  • L’UND recrute des régleurs (urgent) (Franois 25)

http://www.und.fr

  • Bergheaud recrute (désespérément) des chaudronniers, tourneurs CN (Issoire 63). Tél : 04 73 89 42 54 . bergheaud@wanadoo.fr

http://www.bergheaud.fr/fr


 

Salons pros et forums d’emploi

 

  • Global industrie

Prochaine édition : du 31 mars au 3 avril 2020. Paris  Eurexpo Lyon
http://www.global-industrie.com

  • Salon Smile (plusieurs éditions par an)

Prochaine édition : en attente

http://www.smile-lesalon.com

  • Simodec  (machine outil)

Prochaine édition : du 10 au 13 mars 2020. La Roche-sur-Foron
http://www.salon-simodec.com

  • Salon emploi Top recrutement ingénieurs et techniciens

Prochaine édition : avril 2020. Paris la Défense. Espace Grande Arche.
http://www.emploi-pro.fr/salon-emploi/salon-ingenieur-technicien.html

  • SIDO Event

Prochaine édition :du 12 au 13 mai 2020. Lyon
https://www.sido-event.com

  • Industrie et sous traitance

Prochaine édition : les 28, 29 & 30 janvier 2020. Parc des expositions de Nantes
http://www.industrie-nantes.com

  • Micronora  (microtechniques & précision)

Prochaine édition : du 22 au 25 septembre 2020. Besançon
http://www.micronora.com

  • Mecatronic connection

Prochaine édition : en attente. Valexpo. Oyonnax
https://www.mecaplastronic-connection.com

  • EMO (Salon International de l’usinage des métaux)

Prochaine édition : septembre 2020. Hanovre. D

https://www.emo-hannover.de


 

Banques d’emploi

 

http://www.pole-emploi.fr

https://www.lindustrie-recrute.fr

http://www.indusio.fr

https://www.emploi-pro.fr/offre-emploi

http://www.aimm.info

http://www.mecajob.fr

http://www.emploi-maintenanceindustrielle.com
http://www.mecatronique.fr

http://www.industrie-expo.com/espace-recrutement  (le site du Salon Paris industrie)

https://www.indeed.fr

https://www.kicklox.com (communauté d’ingénieurs en ligne)

En région

https://www.lavendeerecrute.fr  (Vendée)

http://www.centremploi.com  (région Centre)

http://www.rhonealpesjob.com  (Rhône-Alpes)


 

Les Bassins d'emploi

 

Le secteur s’appuie sur une multitude de TPE et de PME tournées vers l’aéronautique, le ferroviaire, l’automobile, la défense, les équipements de production (machine outils, moteurs hybrides, roulements à capteurs d’efforts, transmissions, engrenages, escaliers mécaniques, horlogerie, bancs d’essais, systèmes hydrauliques…), principalement en Région Auvergne-Rhône-Alpes. La vallée de l’Arve en Haute-Savoie, appelée aussi Technic Vallée, concentre à elle seule plus des deux tiers des emplois de la filière mécanique de précision. C’est là que se trouve la plus grande concentration mondiale d’entreprises de sous-traitance, des ETI, PME et TPE reconnues internationalement pour leur excellence en matière de décolletage et d’usinage de précision. Des entreprises de bonne taille comme Alpen’tech (300 salariés), (Frank & Pignard (580), Baud industries (500), mais aussi beaucoup de petites société familiales regroupées autour de Cluses. La proximité avec le voisin Suisse est un problème de plus pour les chefs d’entreprises locales qui ne peuvent pas rivaliser en matière salariale. La filière est également présente dans le département de la Loire (GMD) malgré le déclin industriel, mais aussi du côté du grand Angoulème avec des entreprises comme Schneider Electric, Leroy-Somer, Saft, DCN (la Mécatronic Valley en Charente), ou encore du côté d’Alès, Mende, Nîmes, Béziers, Roanne, St-Etienne, Hénin-Beaumont, Dunkerque, Valenciennes, Maubeuge, Val de Sambre. Le département des Deux-Sevres dispose aussi d’un solide tissu d’activités autour de la métallurgie et de la chaudronnerie (Lisi aérospace à Parthenay). Si L‘Ile-de-France a perdu quantité d’établissements spécialisés en mécanique de précision, il en reste quand même près de 950, des TPE et PME pour l’essentiel. C’est le cas de Sumecatronic, 20 à 49 salariés à Magny-les-Hameaux 78, une PME spécialisée dans l’usinage de pièces mécaniques pour l’aéronautique. En région Bretagne qui compte 141 établissements dans la filière métallique, l’activité d’usinage et de décolletage est plus affirmée en Côtes d’Armor, avec des entreprises comme Prolann et surtout le groupe ST Industrie (120 salariés) qui compte quatre sites industriels. A signaler qu’Armor Méca (170 salariés), qui fabrique des pièces pour l’aéronautique civile et militaire, a été récemment placée en redressement judiciaire et cherche un repreneur. En région Occitanie, les entreprises sont logiquement tournées vers l’aéronautique. C’est le cas de Nexteam à Launaguet en Haute-Garonne qui vient de racheter Mecafi. La Bourgogne-Franche-Comté est quant à elle plus en pointe sur la micro-mécanique et les micro-techniques. Dans le Doubs, les PME de décolletage de précision ont beaucoup de peine à retenir leurs meilleurs régleurs, tourneurs qui sont assez souvent débauchés à prix d’or par des entreprises suisses. Et quand on sait qu’il faut beaucoup d’années pour forger l’expertise, on mesure la perte pour ces petits ateliers. Ces petits ateliers de mécanique de précision qui, outre de la série, font du prototypage et de la pièce unique complexe, se maintiennent plutôt bien mais peinent à trouver les compétences dont ils ont besoin. La plupart des petits patrons déplorent l’abandon des CAP préparant au métier de fraiseur notamment. L’avenir des petits sites industriels n’est plus garanti. Ainsi, pour éviter de devoir refuser des commandes ou de délocaliser, des entreprises sarthoises se sont regroupées autour de Usin’Up pour maintenir et développer les compétences de l’usinage sur le bassin d’emploi. De multiples donneurs d’ordre (aéronautique, automobile, ferroviaire en tête) font appel à eux pour leur expertise en prototypage et petite série et pour leur réactivité. D’autres secteurs auxquels on pense moins sont aussi concernés. Ainsi, on usine aussi des pièces de haute précision chez les fabricants de matériel médical et chirurgical (chirurgie orthopédique, dentaire…). Les tourneurs fraiseurs sur commande numérique ultra spécialisés sont rares et donc très recherchés (cf: site Médical expo). 

Groupements d’entreprises et représentations en région*

  • Mécanic Vallée (en Aveyron)

http://www.mecanicvallee.com

  • Viameca  (en Limousin)

http://www.viameca.fr

  • MécaMéta (en Picardie)

http://www.mecameta-picardie.fr

  • Mécaloire  (une association en SPL)

http://www.mecaloire.fr

  • Mécanov’  (Hauts-de-France)

http://mecanov.fr

  • InovSys (PACA)

http://www.inovsys.fr

  • Union des Industrie métallurgiques (Auvergne-Rhône-Alpes)

https://www.uimmlyon.com

  • Thesame-Innovation (Auvergne-Rhône-Alpes)

http://www.thesame-innovation.com

  • Mécateam Le Creuzot (Bourgogne-Franche-Comté)

http://mecateamcluster.org

  • Cetim (Auvergne-Rhône-Alpes)

http://www.cetim.fr

  • Usin’up (Groupements d’employeurs en Sarthe)

http://www.usinup.fr

  • Atouts (Groupements d’employeurs St-Malo, Fougères, Dinan)

https://www.atouts.bzh

* avec des offres d’emploi pour certains d’entre-eux


 

Agences d’emploi

 

  • Triangle (réseau national)

http://www.triangleinterim.fr

  • Tout Techniciens Intérim (St-Mandé (94) et Beauvais (60)

http://www.toutechniciens.fr

  • Derichebourg intérim (Annecy, Toulouse, Valenciennes)

http://www.derichebourg-interim.com

  • Manpower  

http://www.manpower.fr

  • Yes intérim (Toulouse)

http://www.yes-interim.com

  • Intek Intérim (Paris, Pontoise)

http://intek-interim.com

  • Maxiplan (Paris)

http://www.maxiplan.fr 

  • Mecatrans (Paris)

http://www.mecatrans.fr

Adeis (Nantes, Brest)

http://www.adeis-rh.com


 

Forums & Blogs

 


 

Parcours...

 

De multiples débouchés en mécanique de précision. Des métiers accessibles par la formation. A partir du CAP usineur, tourneur, fraiseur jusqu’au Bac Pro Productique, Bac pro TU (technicien d’usinage), Bac pro technicien modeleur (pièces 3D, moulage), Bac STI génie mécanique, BTS IPM (industrialisation des produits mécaniques), BTS Traitement des matériaux, traitement thermique ou traitement de surface, BTS Conception et Industrialisation en micro-techniques, BTS TU Technicien d’Usinage, BTS ERO (Etudes et réalisation d’outillages), BTS Industrialisation de Produits Mécaniques, BTS CPRP Conception des processus de réalisation de produits sériels, BTS Productique, DUT GMP (Génie Mécanique et Productique), Licence pro Ingénierie mécanique, Master génie mécanique, Master 2 parcours ingénierie de conception des systèmes mécaniques, Ingénieur en gestion de production, ingénieur génie mécanique/génie des procédés/automatisme, école d’ingénieur généraliste à dominante mécanique pour les fonctions les plus élevées (ingénieur méthodes, ingénieur mécanique, ingénieur process usinage…).

Formation initiale : quelques écoles : Lycée Jeanne d’Arc St Ivy Pontivy (56), Lycée Dorian Paris, LP Haute Follis Laval (53), Lycée Colbert Tourcoing (59), Pôle formation UIMM PACA Marseille, LP Stéphane Hessel Toulouse, LP Louis Girard Malakoff (92), GRETA AquitaineLycée Marie Curie Amiens, Université d’Evry, Pôle formation IT Dieppe Rouen (76), LP Paul Guérin Niort (79), LP les Grippeaux Parthenay (79). A noter les formations extrêmement pertinentes proposées par le Campus de l’Industrie navale de Guipavas (29), avec des débouchés assurés dans des entreprises comme Naval Group, Piriou, CMN Group ou encore la Marine Nationale. 

Autres organismes en formation continue : AFORP, AFPI UIMM Le Havre, AFPA, GRETA GPI2D Paris, GRETA Vienne, Greta Pays de Loire, GRETA Grenoble, Formation industrie Bretagne, CFAI Franche-Comté, CFAI Loire Saint-Etienne, Roanne,  AFPI Itibanor Caen (14), Tourlaville (50), AFPI Dunkerque,  MK formation, Promeo Amiens, Beauvais, Compiègne, Soissons…Le CFAI 21-71 organise à la rentrée une formation pour demandeurs d’emploi d’opérateur régleur sur commande numérique (Chalon-sur-Saône et Dijon).

A noter l’intérêt des Écoles de production qui proposent  des jeunes de 15 à 18 ans des formations qualifiantes et insérantes basées sur une pédagogie  du faire pour apprendre. L’Ecole de production de Besançon (EPB) propose un bac pro technicien d’usinage tout comme l’EP Lyon. A noter l’ouverture récente de Campus Fab, à Bondoufle (91) à l’initiative de Safran, Fives, Adecco, Dassault Systèmes, du GIM et du GIFAS. Campus Fab accueillera des apprentis, du BAC Pro au BTS et des salariés en formation continue pour acquérir les pratiques et les compétences de l’industrie moderne. 

Formations universitaires : IUT Angers,  IUT de Cachan,  IUT d’Evry, IUT Toulon (83), IUT GMP Toulouse (orienté aéronautique), Ecole Vaucanson, Aix Marseille Université…

Quelques grandes écoles : SUPMECA Paris, ENS Cachan, ENSEM Lorraine, ENSMA Poitiers (aéronautique), INSA Toulouse, ENSAM Paris Tech, ICAM, ENSMM Besançon, ISTY Mantes-la-Jolie (mécatronique), ENISE Saint-Etienne (ergo design), etc…

Ecoles supérieures en robotique : ESTIA, (Dpt 64), ESLIV Paris la Défense, ENSAM Paris Tech…


 

Actualité éco

 

Au dernier salon Global Industrie, on s’est beaucoup s’intéressé à l’usine connectée, aux innovations susceptibles de d’être transposées dans les usines pour améliorer la productivité (réalité augmentée, cobotique, maintenance prédictive…). Les jeunes de la région lyonnaise, prêts à rejoindre l’industrie du futur, pourront se reconnecter lors de la prochaine édition en 2020 sur le Job Area du Salon, une zone entièrement dédiée à la recherche d’emploi, de stage ou d’alternance. L’industrie du futur est en marche et le chiffre d’affaires des industries mécaniques poursuit son redressement grâce aux marchés favorables de l’aéronautique et de l’automobile notamment. Pour autant, les patrons de PME sont inquiets. Les besoins sont bien là mais beaucoup de TPE/PME se plaignent de difficultés à recruter alors que les salaires sont de 14% supérieurs aux autres secteurs de l’industrie. C’est le cas de la société Bergheaud à Issoire (63) qui avait marqué les esprits en affichant ses besoins sur sa façade et qui a récidivé récemment. Plus récemment, à Châteaubriant (44), le patron de Méca Atlantique a menacé de jeter l’éponge, faute de trouver les tourneurs-fraiseurs dont il a besoin pour honorer les dernières commandes de ses clients de l’aéronautique et l’automobile. Ces PME, spécialistes de l’usinage de pièces mécaniques de précision, produisent pour de nombreux secteurs (aéronautique, automobile, médical, énergie, industrie ferroviaire, connectique…). Poussées par la demande, nos usines se modernisent et investissent en ce moment dans la technologie, l’impression 3D notamment. C’est le cas de Nexteam Group, basée à Marmande, qui produit pour l’aéronautique et qui développe une activité de fabrication additive métallique de pièces de série embarquées pour l’aéronautique et le spatial (impression 3D métal). Les commandes de pièces de précision et de haute précision sont reparties à la hausse. Malheureusement, cette pénurie chronique de candidats est préjudiciable aux affaires. Les employeurs insistent sur la nécessité de pouvoir trouver de bons ouvriers, avec de bons CAP. Or, l’Éducation nationale a désinvesti ces CAP ouvriers au profit des bac pro et l’on en mesure aujourd’hui l’effet pervers. Dans ce secteur, on décroche plus facilement un emploi avec un CAP qu’un bac pro. Un jeune avec CAP de tourneur fraiseur a de l’or dans les mains et celui qui maîtrise toutes les facettes de son métier a un diamant…Il y a également une pénurie de cadres en production, notamment dans les petites et moyennes entreprises. Cette tension va de pair avec une certaine réticence des cadres à la mobilité géographique. La localisation des sites de production de la filière mécanique-metallurgie, en territoire rural ou à l’écart des grandes agglomérations, joue défavorablement et c’est dommage. Pour ne rien arranger, le sujet de la pollution de l’air en Vallée de l’Arve est régulièrement évoqué dans la presse. De plus, parmi ces PME qui font du prototypage, du moulage, de l’outillage mécanique, beaucoup n’ont qu’un site web minimaliste, voire pas de site web du tout. Qui qu’il en soit, les patrons alertent sur la nécessité vitale de former de toute urgence des tourneurs-fraiseurs en mode commando (compagnonnage, formation accélérée sur site), car beaucoup de TPE/PME sont en danger faute de pouvoir honorer les nouvelles commandes.

La technologie des systèmes informatiques profite à l’industrie mécatronique en lui permettant d’innover. De ce fait, les entreprises du secteur continuent de recruter – ne serait-ce que pour répondre aux seuls besoins du secteur aéronautique. Les compétences tendent toutefois à s’élever. Les techniciens (à partir du bac pro) et ingénieurs restent les profils les plus recherchés. L’enjeu est de taille car 62 % du chiffre d’affaires de la mécatronique est réalisé à l’export.

On s’active pour solliciter l’appareil de formation et attirer les jeunes recrues vers ces métiers. La communication en direction des jeunes étudiants est pour le moins active et l’information commence à faire son chemin, auprès des femmes notamment. Le vieillissement de la pyramide des âges et les évolutions technologiques justifient que l’effort sur la formation soit poursuivi, voire amplifié, pour faciliter le recrutement de personnel qualifié. Les professionnels qui investissent sur ces métiers auront des perspectives salariales tout à fait correctes, un bon usineur pouvant espérer gagner jusqu’à 3.000€.


 

Chiffres clés

 

Industries mécaniques : 6ème rang mondial derrière la Chine, les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et l’Italie. 30.720 entreprises dont 95 % de TPE et de PME.  619.000 salariés. Croissance de 1,5% dans la mécanique de précision.


 

Paroles de Pros

 

Stéphane, 41 ans. Chef d’atelier en mécanique de précision

« Je suis chef d’atelier dans une PME spécialisée en mécanique de précision et plus précisément dans la fabrication de pinces de serrage  en acier et carbures pour machines-outils. 

Nous produisons sur plans en petite série, parfois même à l’unité. Nos clients sont pour l’essentiel des industriels de l’automobile, de l’aéronautique, du médical et de l’armement. Au départ, je voulais faire de l’électrotechnique, mais comme j’étais daltonien, c’était compromis. Je leur ai dit alors : mettez moi où vous voulez!. Le CAP de fraiseur m’a été proposéJ’ai très bien accroché et enchaîné sur un BEP d’opérateur régleur sur commande numérique, puis sur un Bac pro productique. J’ai décroché ce poste grâce à l’ANPE de l’époque. Avec le recul, je me dis que ces six années d’études sont nécessaires pour être pleinement opérationnel. Les formations d’aujourd’hui sont bien trop courtes et l’usinage, comme le fraisage, sont abordés trop succinctement. Aujourd’hui, il vaut mieux privilégier l’alternance, non seulement pour découvrir les réalités de l’usine d’aujourd’hui que pour compléter les savoir faire qui font défaut au sortir d’un bac pro.

Non seulement, j’aime mon métier, mais j’aime aussi mon usine qui m’a permis de gravir les échelons. Pour preuve, j’ai fait mes débuts ici et j’y suis toujours, vingt ans après. Nous avons conscience de maîtriser des savoir-faire qui risquent de se perdre. Alors quand un client vient nous féliciter pour la qualité d’un travail d’usinage au 10ème de micron qu’il juge en tout point parfait, ce n’est pas seulement ma personne, mais toute l’équipe qui se voit récompensée. L’industrie devrait pouvoir attirer plus de jeunes car ce sont des métiers passionnants et qui offrent encore des perspectives, notamment dans l’aéronautique. Il faut quand même savoir qu’un technicien qualifié avec de l’expérience peut gagner jusqu’à 2.500€ voire 3.000€ net, selon le type d’entreprise où l’on travaille. En raison des départs en retraite, beaucoup de PME manquent de tourneurs-fraiseurs, de techniciens d’usinage et surtout de rectifieurs… »


 

Structures représentatives

 

  • Fédération des Industries Mécaniques – FIM

39/41, rue Louis Blanc 92400 Courbevoie
http://www.fim.net

http://www.bienplusqu1industrie.com

  • Association des Ingénieurs en mécanique et microtechniques

26, chemin de l’Épitaphe 25030 Besançon

http://www.aimm.info

  • ARTEMA 

93038 Paris la Défense

http://www.artema-france.org


 

Annuaires d’entreprises

 

  • Annuaire Mécanet des organisations professionnelles et des entreprises adhérentes

http://www.mecanet.fr


 

Entreprises à la une

 

Les entreprises qui recrutent ou qui sont susceptibles de recruter : Baud Industries, Nexteam (mécanique de précision pour l’aéronautique)Pivaudran, Sagne mécanique, Bouy AusareGroupe ADFMecagine (Advans Group), We Are Group (Farella + Espace + Chatal), ExtolADB, ANP France, AMBBesné mécanique (Elyps group), Souriau, Groupe MénéChesneauEiffel industrie, MecahersPrecicast, Armor MécaOxymétal, Ratier FigeacCousso, Global Metal Works, AMPSCIM Picardie,  ERM Concept, MecafiFactem, Modiqua, Chatal, AlbeaPrismadd, MG Méca précisionGerméca, EvafloMBP Usinage, Méca europeFives industrie, Felisaz, Suchier, Sofop, Gogry, Lobel, Fralsen (microtechnique horlogère), R&Drone, Apma


 

Incubateurs

 

  • Seinari   Rouen

http://www.seinari.fr



Dernière mise à jour le 13 novembre, 2019