Ils ont crée leur entreprise (4) : Notilo Plus et leur drone « iBubble » pour filmer sous l’eau

Nicolas Gambini

Benjamin Valtin

Si  les drones sont plus connus du grand public pour leur usage militaire, ce sont avant tout des machines conçues pour permettre de résoudre une difficulté.

 

Le développement d’une filière drone dans le civil était inéluctable, mais il fallait pour cela miser sur la rapidité des progrès techniques et sur un engouement des jeunes pour la création d’entreprise.

 

On construit aujourd’hui des engins pour permettre de sauver des vies en montagne (largage de matériel de suivie, assistance aux victimes avant l’arrivée des secours), pour livrer des colis, du courrier, inspecter des sites industriels, réaliser des prises de vue aériennes (audiovisuel, relevés topographiques, cartographie).

 

Bref ! de multiples usages qui ne cessent de s’étendre. La différence avec le militaire, c’est que les drones civils sont plus souvent développés et construits par des petites, voire très petites entreprises. 

 

Et comme souvent, c’est un cocktail d’intuition, d’observation, de passion, de courage et d’optimisme qui créé l’aventure.

 

C’est le cas de Notilo Plus, une startup grenobloise née du rêve de ses deux fondateurs, Nicolas Gambini et Benjamin Valtin, deux lyonnais passionnés de plongée et de technologie qui ont développé iBubble, le premier drone sous-marin autonome. 

 

« iBubble est le premier drone autonome sous-marin sans-fil ! Nous avions remarqué que les plongeurs utilisent souvent leur caméra sous l’eau, la plupart du temps au détriment de leur expérience de plongée. Notre objectif aujourd’hui, c’est de débarrasser leurs mains et leurs esprits de la caméra, tout en ayant des films de qualité professionnelle sous l’eau » explique Nicolas Gambini.

  

Quand l’aventure a commencé, l’équipe était alors composée de ses fondateurs et de quelques ingénieurs, des spécialistes en électrotechnique, robotique ou informatique embarquée, des spécialistes de la vision par ordinateur, des profils divers issus d’écoles comme CPE Lyon, Polytech Clermont Ferrand ou encore Ensimag Lyon. 

 

« Avec l’aide de Startup Maker, nous avons mis en place une campagne de crowdfunding sur Indiegogo au début de l’année 2016. Cette campagne de financement participatif a été couronnée de succès, avec un résultat final de 220.000$ » se félicite Nicolas. 

 

Mieux, l’année dernière, la société est parvenue à récolter plus de 800 000€ lors d’une levée de fonds auprès d’investisseurs privés et de business angels. Une seconde levée est actuellement en cours pour accélérer la production du drone et étendre la notoriété de la marque. Mais réussir une levée de fonds n’est possible que si l’on sait convaincre et rassurer les investisseurs.

 

 

« En tant que start-up développant un produit totalement innovant et surtout jamais vu auparavant, nous avons forcément rencontré des obstacles techniques dans notre processus de développement, mais rien d’insurmontable. Nous avons pris la décision de repousser la sortie du drone, afin de pouvoir implanter de meilleures fonctionnalités. Nos backers ont été très compréhensifs qui ont compris que nous voulions leur livrer un produit fini très performant, plutôt que de nous précipiter et de rater le coche… » reprend Théo Cartereau, le responsable de la communication.

 

Si le marché des drones sous-marins sans-fil et autonomes est peu connu du grand public, il représente quand même un marché de quelques millions s’agissant des usages professionnels. Il y a forcément de la concurrence, mais l’équipe ne manque pas d’ambition.  

 

« Il y a bien sûr des sociétés qui développent des R.O.V. (Remote Operated Vehicle), mais ces engins sont forcément câblés et dirigés depuis la surface, ce qui est simplement une option pour iBubble. Notre objectif est de devenir la référence en matière de prise de vue sous-marine, comme les drones aériens l’ont été pour la prise de vue sur terre… » explique Benjamin Valtin.

 

 

Outre la passion, il fallait sans doute une belle dose de courage et d’optimisme pour se lancer sur le marché des drones. Pourtant, les résultats sont là. La jeune société compte aujourd’hui 14 salariés, des techniciens pour la plupart, dont trois commerciaux et d’autres recrutements sont en cours et les projets ne manquent pas… 

 

« Nous avons beaucoup de choses de prévues pour les années à venir, nous ne risquons pas de nous ennuyer. Évidemment, nous ne pouvons pas en parler… Se lancer sur le marché des drones aujourd’hui est un pari osé. Savoir se démarquer par les fonctionnalités, le prix ou encore les spécifications techniques (taille, bruit, stabilités, capteurs…) est primordial si l’on veut réussir et iBubble n’est qu’au début d’une belle aventure… » 

 

 

FR : +33 650 770 820