Guides-conférenciers : se réinventer pendant la pandémie, pas si simple

La situation est critique pour les « permittents » du guidage. Les musées, châteaux, édifices touristiques qui avaient rouvert progressivement au début de l’été dernier sont à nouveau reconfinés. Quelle poisse ! 

 

Sur les quelques 12.000 guides-conférenciers, une infime minorité est éligible au chômage partiel. Ils sont en revanche éligibles au Fonds de solidarité créé par décret l’année dernière. Éligibles, c’est vite dit, car nombreux sont ceux qui ne touchent plus rien depuis avril dernier.

 

 

Diplômés, protégés par la Loi (en théorie), mais précaires…

 

Les guides-conférenciers se répartissent sur trois statuts : Environ 1/3 de salariés, 1/3 d’indépendants (qui peuvent parfois cumuler les deux), 1/3 mixte, en micro-entreprise, sous le régime de la déclaration ou au réel. Parmi les indépendants, 2% seulement choisissent de créer leur entreprise sous statut type S.A, SASU. Étonnamment, les premiers ont rarement le droit au chômage partiel car ils ont le plus souvent signé un CDD ou CDDU (CDD dit d’usage), à l’image des intermittents du spectacle, sans pour autant bénéficier de la même protection que ces derniers. Le salariat à temps complet est rare. La plupart des guides-conférenciers gagnent moins de 15.000 euros par an et beaucoup sont contraints de se chercher un complément de revenus. 

 

En tout cas, ces professionnels du tourisme et de la culture sont à nouveau reconfinés au moment où démarre sa saison. Le premier confinement fut déjà un coup de massue, au sortir des grèves des transports et des manifestations des gilets jaunes. On a vu des guides-conférenciers manifester en réclamant un statut similaire à celui des intermittents du spectacle. Mais las, étranglés par la crise sanitaire, certains ont du se résoudre à changer de métier. Pour autant, ils sont nombreux à se battre et à se montrer créatif pour ne pas sombrer.  

Comme le fait remarquer Elisa Jehanno, guide-conférencière indépendante à Paris, la situation est bien compliquée…

 

En savoir plus

Elle a créé la ferme de ses rêves : Claire Genet, éleveuse de chèvres dans l’Yonne

crédit photo : André Hulet

Ce n’est pas si souvent que l’on parvient dans le monde réel à réaliser son rêve d’enfant. 

 

Claire Genet a pu réaliser le sien, celui d’avoir sa chèvrerie, une filière d’élevage qui compte plus de 5.000 exploitations, plus présentes en Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes.

 

« J’ai toujours voulu avoir des chèvres. A l’âge de 17 ans, je préférais passer mes vacances dans des élevages caprins pour aider. Amoureuse de ces bêtes, ces expériences ont conforté mon choix. Mais ici dans l’Yonne, les possibilités sont plus réduites que dans les Deux-Sèvres… »

 

Au sortir de sa formation d’ingénieure agronome à LaSalle Beauvais, Claire débute comme commerciale en nutrition animale et travaille pour différents Groupes agroalimentaires à Poitiers, puis à Rennes, des entreprises en lien avec Bleu-Blanc-Coeur, un label qui réunit 7.000 agriculteurs qui ont fait le choix de produire, récolter et distribuer dans le respect des animaux et de la terre.

 

En juin 2018, elle décide de revenir dans l’Yonne, à ses racines, pour y créer son propre élevage. Elle rencontre alors Alexis Nollet et Sébastien Becker, dirigeants de Mobil Wood et co-fondateurs d’Ulterïa, un écosystème créateur de valeurs pour l’homme et le vivant. Unique en son genre, ce projet ambitionne de regrouper, sur un terrain de dix hectares, Mobil Wood, une usine spécialisée dans l’agencement de magasins bio en bois massif, une exploitation maraîchère, une maison citoyenne, un centre de formation, une école Montessori et une ferme.  

 

« Créer des interactions entre l’agriculture et l’éducation, la création de valeurs pour l’homme et le vivant, tout cela me parlait. Au début, ils cherchaient un maraîcher, je leur ai proposé… des chèvres. Vous voulez une parcelle ? m’ont-ils dit et on s’est entendu… » 

En savoir plus

2021 : Avis de grand froid sur l’emploi

À quoi faut-il s’attendre pour 2021 ?

La politique du « quoi qu’il en coûte », chère au Président Macron, a ses limites et déjà les indicateurs montrent que 2021 sera une année franchement maussade pour l’emploi.

Loin de nous l’intention de noircir le tableau, mais il faut se rendre à l’évidence…  

Le Guide des ressources emploi s’efforce de rendre compte des signaux forts et faibles sur le front de l’emploi – avec, c’était nécessaire, une activité plus soutenue depuis le début de la crise sanitaire –. Alors, l’analyse de nos fiches suffit pour se convaincre de cette évidence.

Depuis deux mois, nous constatons en effet une nette chute des offres d’emploi, tant sur les job-boards que sur les pages recrutement des entreprises. C’est particulièrement vrai pour les secteurs ci-dessous :     

 

 

  • Mis à l’arrêt par les mesures d’interdiction : Culture-spectacle (salles de cinéma, théâtre, danse, musique…), restauration à table, événementiel, tourisme, casinos, loisirs indoor.
  • Directement affectés par la pandémie : industrie automobile, industrie pétrolière, industrie aéronautique (constructeurs, équipementiers, sous-traitants), transport aérien, aéroportuaire, restauration collective, hôtellerie, thermalisme, sports de montagne, zoos et parcs d’attraction.

En savoir plus

Le nouveau paysage du conseil en évolution professionnelle

Un marché secoué par la Loi Avenir Professionnel, à l’épreuve de la Covid-19, mais boosté par l’aspiration au changement de vie des français.

 

Avec la loi Avenir Professionnel, le paysage des bilans de compétences est singulièrement chamboulé. Pour effectuer un bilan de compétences, il faut dorénavant, soit le financer à titre personnel, soit le faire prendre en charge par son employeur, soit mobiliser son Compte Personnel de Formation (CPF). Bien sûr, les entreprises peuvent abonder si elles le souhaitent.

 

On peut s’attendre à ce que les salariés rechignent à entamer leur CPF pour réaliser un bilan de compétences. En effet, le prix moyen de la prestation équivaut à plus de trois ans de CPF monétisé. La clientèle des cabinets spécialisés pourrait être tentée de se reporter sur la prestation gratuite de Conseil en Evolution professionnelle (CEP) destinée aux actifs occupés ou sur des prestations à moindre coût. Les demandeurs d’emploi peuvent, de leur côté, consulter leurs droits au CPF et demander un complément à Pôle emploi, le cas échéant. 

 

Pour les prestataires installés, cela engendre de l’insécurité, d’autant que la pandémie bouscule toutes les prévisions. L’urgence est de sécuriser son marché. Cela passe par la diversification (accompagnement à la VAE, coaching emploi, bilan scolaire, préparation à la retraite…) car, depuis cette réforme, il n’y a plus de chasse gardée.

En savoir plus

Se former via une école d’entreprise : une stratégie gagnante

La réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage n’est peut-être pas ce big bang annoncé, mais elle introduit tout de même quelques innovations de rupture comme la libéralisation du secteur de l’apprentissage avec, notamment, cette possibilité donnée aux entreprises de créer leur propre CFA.

 

L’école d’entreprise n’est certes pas un concept nouveau, mais la réforme devrait contribuer à lui redonner un élan. Il s’agit de susciter des vocations dans des secteurs méconnus, délaissés parfois et qui peinent à recruter. Les formats sont multiples (CFA 100% maison,  apprentissage ou contrat de professionnalisation associant des écoles partenaires, école des métiers basée sur un approche pédagogique nouvelle (peer-to-peer learning), formation action reproductible sur site…). La vraie nouveauté, c’est l’adaptation des méthodes pédagogiques et des rythmes des enseignements.

 

Depuis près d’un an, en effet, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à ouvrir leur école interne. Il s’agit plus souvent de répondre à des situations de pénurie sur certains métiers de l’entreprise ou d’anticiper les nouveaux besoins en compétences, en lien à la transformation numérique (industrie 4.0), aux ruptures technologiques. Il s’agit alors de former aux métiers de demain. D’autres forment leurs futures recrues sur site pour leurs besoins vitaux, parce qu’il y a urgence et parce que les formations sont indisponibles sur le local ou ne répondent qu’insuffisamment à leurs besoins.

 

Ouvrir une école, ce n’est pas si simple et ce n’est pas à la portée de tous, comme l’affirmait Corinne Gaudic, CEO des Ateliers Peyrache et Broderie du Lys, lors d’une précédente interview pour notre blog

« ll n’y a pas d’école de broderie industrielle, en tricot industriel non plus, et pour trouver des intérimaires ou des personnes formées, c’est très compliqué. Le contrat d’apprentissage, avec son rythme d’alternance, une semaine sur deux, n’est pas adapté. Il génère même des coûts cachés. Or, nous avons besoin de continuité pour former et produire et on n’a pas le temps de monter des écoles » 

En savoir plus

Quand le ciel s’assombrit et que l’orage gronde, assurer sa prise, assurer la cordée

La rentrée approche, pleine de nuages noirs et d’incertitudes.

 

Avec le spectre d’une 2e vague, d’un raz de marée de licenciements et cette grisaille post-confinement qui nous saisit, difficile en effet de trouver de bonnes raisons de se réjouir. 

Nombreux sont ceux qui redoutent particulièrement cette rentrée et on les comprend.

 

Ce sont les acteurs du recrutement qui le disent…

Cette fois, la crise pourrait être plus dévastatrice que celle de 2008. Il est vrai que les recruteurs ont le moral dans les chaussettes, leurs clients ayant surréagi aux premiers jours du confinement, mettant sur pause leurs recrutements, les annulant même. Certains cabinets auraient perdu jusqu’à 70% de leur chiffre d’affaires, ce qui explique sans doute cet élan de pessimisme.

 

Pourtant, l’histoire est pleine de prédictions non réalisées. Déjà, pour 2019, la crainte d’une récession était dans les esprits. La crise dans l’industrie automobile n’avait pas encore touché la France et l’on se polarisait alors sur les conséquences d’un Brexit. Au final, les recrutements se sont maintenus au plus haut et 210.000 emplois salariés ont été créés. Mieux, notre industrie a poursuivi sur sa lancée en créant près de 8.000 emplois, au point que 2020 s’annonçait sous les meilleurs auspices.

 

Nul ne pouvait bien sûr imaginer qu’un mauvais virus allait entraîner un long confinement et que, l’onde de choc se propageant, l’économie mondiale s’en trouverait méchamment affectée. 

En savoir plus

Quitter la ville pour la campagne : les 25-40 ans au line up*…

Selon un sondage IFOP datant de 2018, 80% des citadins seraient prêts à tenter l’exode urbain pour s’installer à la campagne. Parmi les sondés, les 25-40 ans font partie des plus motivés. 

 

On le sait, rares sont ceux qui franchissent le pas. Changer de vie, ce n’est pas donné à tout le monde. Pour faire le saut dans l’inconnu, il est préférable d’avoir un projet de vie mûri de longue date et partagé, si l’on vit en couple, avec des enfants notamment.

 

Parfois, il suffit d’un événement marquant pour déclencher le processus. Ce qui est sûr, c’est que ces huit semaines de confinement ont donné à chacun du temps pour requestionner le rapport au travail, interroger l’existentiel même…

 

Des citadins, accaparés par leur travail, ont (re)découvert les joies simples de la vie de famille, tout en prenant parfois brutalement conscience de la vacuité de leur job, sinon de leur vie. Les reportages télévisés, aux heures de grande écoute, montrant des familles confinées à la campagne ou sur une île, face à la mer et en télétravail, ont, à coup sûr, éveillé le désir de changement chez bien des citadins.

 

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le taux de consultation des sites des agences immobilières a bondi aux premiers jours du confinement. La hausse sensible de la demande pour des biens avec un espace extérieur interroge (+30%). Regain pour la maison de campagne ou projet plus radical, le monde d’après est peut-être en train de se dessiner en ce moment même. Les agents immobiliers parlent de maisons vendues en moins de trois semaines à des gens exprimant clairement leur désir de changer de vie. Bien sûr, il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’une véritable lame de fond. 

 

En savoir plus

Télétravail, full remote ! vertiges du monde d’après…

On n’a jamais autant parlé de télétravail qu’en ce moment. Pourtant, ce mode de travail particulier, qui s’est démocratisé récemment grâce à la Loi, n’est pas si nouveau. Des Instituts de recherche, experts, journalistes planchent sur le sujet depuis une trentaine d’années déjà. 

 

Alors que les études se rejoignent assez souvent pour souligner ses avantages (baisse de l’accidentologie, de la pollution), allant pour certaines, jusqu’à le présenter comme un moyen de régler définitivement le problème du chômage, le télétravail est resté très longtemps mal connu et finalement, peu médiatisé.

 

A ce titre, l’accord-cadre européen du 16 juillet 2002 définit le télétravail comme « une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l’information, dans le cadre d’un contrat ou d’une relation d’emploi, dans laquelle un travail, qui aurait également pu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière ».

 

Il convient de préciser que le télétravail concerne plus souvent des métiers dans lesquels l’utilisation des NTIC est prépondérante (numérique, conseil, finance, gestion, design, web design, web marketing, télésecrétariat, etc.). Il est évident qu’un ingénieur de recherche qui manipule des produits chimiques ou biologiques a peu de chances se retrouver en télétravail.

 

Très peu d’entreprises se sont d’ailleurs risquées à le mettre en oeuvre, sauf depuis 2008, où il est plus souvent appliqué à dose homéopathique dans les entreprises privées, sièges sociaux des grands groupes et startups notamment. A noter qu’il est quasi inexistant dans la fonction publique. 

 

A tout le moins, le cadre de travail reste formel, n’offrant pas de souplesse particulière. Le télétravailleur fait sa journée de travail, tout comme ses collègues restés au bureau, à l’aide d’outils collaboratifs adaptés aux besoins de sa mission. Parfois, même, il bosse plus que lorsqu’il est au bureau. Le télétravail peut être occasionnel ou régulier (une à deux journées par semaine), rarement permanent.

 

Deux mois de confinement ont suffi à propulser ce mode de travail sur le devant de la scène et 40% de ceux qui s’y sont collés sans le vouloir forcément, le plébiscitent aujourd’hui.

En savoir plus

Impact Covid-19 : Petit écho des filières n° 5 (11/04/2020)

Depuis le début de la crise sanitaire, le Guide des ressources emploi s’efforce de relayer les situations secteur par secteur, au fil de l’eau, en fonction des informations disponibles (à trouver en rubrique Actualité Éco de nos fiches).

 

Les situations ne sont pas uniformes. Si les entreprises ont nettement réduit la voilure et/ou mis leurs salariés en télétravail, certaines sont restées sur le pont qui continuent même de recruter (logistique, transport, énergies, agriculture, agroalimentaire, santé, sanitaire et social…). D’autres se préparent déjà à la sortie de confinement (cabinets d’expertise-comptable, Tech, startups du numérique…). 

 

Voici, un nouvel état des lieux que nous espérons le plus fidèle possible à la réalité du moment. La France est au ralenti… pas à l’arrêt.

 

Pour ce « Petit écho des filières n°5 », voici les secteurs traités :


Bois – Forêt – Transformation du bois

• Banque 
Cinéma d’animation – Jeu vidéo
Marketing digital – e-commerce
Bibliothèque – Médiathèque – Documentation
Hôtellerie – Restauration – Casinos
Droit – Justice  (Avocature – Magistrature, Notariat)
Funéraire

• Transport de personnes (rail, bus, cars)
• Artisans taxi – VTC
• Social : Education spécialisée 

 

En savoir plus

Impact Covid-19 : Petit écho des filières n° 4 (10/04/2020)

Depuis le début de la crise sanitaire, le Guide des ressources emploi s’efforce de relayer les situations secteur par secteur, au fil de l’eau, en fonction des informations disponibles (à trouver en rubrique Actualité Éco de nos fiches).

 

Les situations ne sont pas uniformes. Si les entreprises ont nettement réduit la voilure et/ou mis leurs salariés en télétravail, certaines sont restées sur le pont qui continuent même de recruter (logistique, transport, énergies, agriculture, agroalimentaire, santé, sanitaire et social…). D’autres se préparent déjà à la sortie de confinement (cabinets d’expertise-comptable, Tech, startups du numérique…). 

 

Voici, un nouvel état des lieux que nous espérons le plus fidèle possible à la réalité du moment. La France est au ralenti… pas à l’arrêt.

 

Pour ce « Petit écho des filières n°4 », voici les secteurs traités :


• Social – Économie Sociale et Solidaire (ESS)

• Arts graphiques – Design – Communication visuelle
• Packaging – Industries du papier et du carton
• Industrie horlogère
• Bien être – Thermal – Thalasso – Spa
• Micro-électronique – Robotique
• Événementiel
• Métiers de l’entreprise : Ressources Humaines – recrutement – RPS
• Transports sanitaires – ambulanciers
• Énergies fossiles : Oil & Gas – Nucléaire
• Industrie pharmaceutique – Cosmétique – Arômes et Parfums

 

En savoir plus